Témoignage d'une enfant unique : non, nous ne sommes pas (toujours) pourris gatés

by - 13:24

Enfant unique qui tient des billets qui vont vite lui etre repris pour payer le loyer

Non, les enfants uniques ne sont pas des égoïstes pourris gâtés. La télé, les livres, les gens, internet... bref, LE MONDE ENTIER adore détester les enfants uniques.

Égoïstes, inadaptés, capricieux, déséquilibrés... les enfants uniques s'en prennent plein la tronche. Et pourtant :
1) C'est faux
2) C'est faux
3) C'est faux

Il est temps de rétablir la vérité, j'ai donc décidé d'apporter mon témoignage d'enfant unique (donc totalement subjectif), mais avec un maximum d'honnêteté.

En ce qui me concerne…

Je ne suis pas capricieuse
Apparemment, les enfants uniques seraient capricieux. Ce n'est pas mon cas.
Je n'ai jamais fait des caprices dans un supermarché pour avoir un jouet, je suis bonne perdante au jeux, et lorsque je dépendais de mes parents financièrement, je n'ai jamais réclamé des vêtements ou des sorties hors de prix. Je prenais ce qu'ils me donnaient en me disant qu'ils faisaient le maximum pour moi.

Je n'ai pas besoin d'être le centre de l'attention
J'ai grandi avec mes deux parents, je n'ai pas souffert de déficit d'attention, je n'ai pas souffert de rivalité pour avoir leur attention, j'ai toujours su qu'ils m'aimaient, sans me demander « peut-être qu’ils préfèrent mon frère… ». Du coup je ne réclame pas d'attention, j'en ai eu assez. Je veux de l'attention uniquement quand je fais des choses intéressantes, genre quand je respire. Oh ça va je plaisante. Je maintiens, je n'ai pas besoin d'être constamment le centre de l'attention.

Je ne suis pas pourrie gâtée
On nous dépeint souvent comme des enfants de parents richissimes qui ont eu le malheur de ne pas avoir d'autres enfants et qui achètent donc des jouets en or incrusté de diamants à leur unique progéniture. Ce n'est pas mon cas, et je pense ne pas trop m'avancer en disant que Nanette manoir et Veruca Salt sont des personnages de fiction qui ne représentent aucunement les enfants uniques.

Si mes parents étaient riches, oui j'aurais pu avoir un poney à 8 ans dans le jardin. Mais il n'existe pas d'allocation d'un million d'euros pour gâter les enfants uniques, donc rien de tout ça n'est arrivé. Ma mère avait un petit salaire, et mon père a connu des périodes de chômage quand j’étais en primaire. Donc non, je n’étais pas pourrie gâtée. Je n’étais pas malheureuse, loin de là, mais ils n’avaient pas les moyens de me pourrir tout simplement. Et c'est le cas de nombreuses familles avec un seul enfant.

Je n'ai pas été survalorisée
Oui, j’ai été choyée, oui mes parents me félicitaient quand j'avais de bonnes notes, mais ça s'arrêtait là. Ne pensez pas que mes parents interrompaient immédiatement ce qu'ils faisaient pour monter une estrade afin de m'écouter, chanter mes louanges et m'applaudir dès que j’avais un truc à dire. Quand ils étaient occupés, j’attendais, comme la plupart des enfants du monde. Ils ne m’ont jamais dit que j’étais un génie, une merveille supérieure aux autres ou que sais-je.

Je ne suis pas égoïste
Je ne suis pas un exemple de générosité vu que je ne reverse pas mes revenus aux plus démunis en me contentant du strict nécessaire. Mais les gens avec des frères et sœurs que je connais non plus. Eux aussi aiment avoir une jolie maison, voyager et des vêtements sympas. Je ne suis pas plus égoïste qu'eux. Si je ne suis pas plus égoïste que la moyenne, alors on peut dire que je ne le suis pas, non ?

Je ne suis pas en manque de frères et sœurs
J'ai des cousins, des cousines, et des amis, donc non, je ne cherche pas de frère ou sœur de substitution dans chaque personne que je rencontre.
Si j'avais eu des frères et sœurs, je pense que je les aurais adorés (je l’espère haha), mais ce n'est pas le cas, donc ça ne me manque pas. N'essayez pas de comparer ça à un enfant qui ne connaît pas ses parents, ça n'a rien à voir. Un enfant qui ne connaît pas sa mère ou son père sait qu'il existe quelque part, et ça peut le toucher. « Mes » frères et sœurs n'existent pas, je n'ai donc pas de manque.

Je n'ai pas l'air d'une enfant unique
J'ai souvent eu le droit à "ah t'es fille unique ? Je ne savais pas, je pensais que tu avais un frère ou une sœur". Et bien non. Mais bon, ce n'est pas leur faute. A partir du moment où tu partages ton goûter (primaire), donnes des cartouches d'encre et des mouchoirs à des camarades de classe sans rédiger de reconnaissance de dette (collège-lycée), et ne crie pas « hey les gens, je suis là, regardez-moi entrer dans la pièce telle là première des huit merveilles du monde » dès que tu vas quelques part (toutes périodes), on n'imagine pas que tu puisses être enfant unique. Avouons, les stéréotypes sur les arabes qui ont forcément 15 enfants n’ont pas aidé non plus.

Je n'ai pas peur du monde
Oui, la plupart des repas à la maison étaient pris à 3. Mais grâce à ma famille étendue je sais gérer un dîner avec 60 personnes, 15 conversations différentes et 3 disputes par quart d’heure. Donc non, le monde ne me fait pas peur. 

Il faut bien comprendre que cet article est un article personnel, et je n'ai pas la prétention de dire que tout les enfants uniques sont comme moi ou qu'aucun d'entre eux n'est capricieux. Mais beaucoup d'enfant unique sont dans mon cas : sans frère ni soeur mais avec énormément d'interactions sociales.

Photo pas crédible d'une enfant qui essaie tant bien que mal d'imiter un enfant unique capricieux

Au-delà de ça, j'ai aussi des spécificités que l'on prête à l’enfant unique.

Je ne crains pas la solitude
Sans être solitaire, je n’ai pas peur d'être seule et de passer du temps en ma compagnie. J’aurais peut-être dit autre chose dans un autre pays ou une autre époque, mais aujourd’hui, j’ai toujours quelques chose à faire (comme par exemple écrire des articles sur ma vie dans une tentative désespérée de réhabiliter la réputation des enfants uniques). 

J'ai du mal à partager mon espace
Si je n'ai pas été habituée à être gâtée de choses matérielle, j'ai eu l'habitude d'avoir une table de cuisine ou de salon à MOI TOUTE SEULE pour faire mes devoirs. Oui, quand tu es enfant unique tu peux transformer toutes les pièces de la maison en bureau ou salle de jeu tant que tu ne fais pas de bruit. Ce qui fait que j'ai du mal à partager mon espace. J'ai l'habitude de m'étaler, et de temps en temps, j'aime bien avoir ma petite bulle privé. J'ai grandi dans une petite chambre, dans laquelle il fallait se faufiler entre l'armoire et le lit, pour accéder au bureau mais j'étais toute seule, donc ça m'allait. Je n’ai pas besoin d’un espace immense, mais je n’aime pas être collée aux autres. En amphi, je détestais être entre 2 personnes. Berk. Ew. Vive la place près de l’allée.

Voilà, j'espère vous avoir convaincu que les enfants uniques n'étaient pas des anomalies sociales. Et si vous me dites « oui ben j'ai connu une enfant unique, et franchement elle était insupportable », permettez moi de vous rappelez qu’une expérience personnelle n’est pas la vérité (et ça vaut pour tous les domaines). A ce jeu là je peux gagner, moi aussi je peux attaquer les enfants issus de fratrie. Admirez le travail.

D'après mon expérience, les enfants avec des frères et sœurs sont tarés

Comment ça je raconte n'importe quoi ?  Moi je pense qu'ils...

Sont prêts à sacrifier leur fratrie pour un carrosse Barbie 
Ou la dernière paire de basket à la mode. Je ne compte même pas le nombre de fois où on m’a dit « ah t’as trop de chance d'être enfant unique, tu as dû avoir tout ce que tu veux ». Hmmm… Comme nous l'avons vu plus haut, non. Et c'est plutôt eux les psychopathes, non ? Franchement, échanger son frère contre un jouet, QUELLE HONTE.

Volent des pays
Georges W bush et Napoléon Bonaparte, deux grand voleurs de pays, ayant tous deux des frères et sœurs. Alors, c'est qui les déséquilibrés, hein ? C’est qui ? On fait moins les malins.

Sont capricieux, arrogants, égoïstes et fantasques
Donald Trump a des frères et sœurs. Tout est dit, non ? 

Voilà pour mon analyse aussi fiable que celles qui existent sur les enfants uniques pourris gâtés. 

Ce que je voulais dire

Vous l'aurez compris, l'éducation des parents et la vie (je pense que parfois, l'éducation ne fait pas tout) jouent beaucoup plus que le statut d'enfant unique ou pas dans la création d'êtres égoïstes, instables et inadaptés.

J'espère aussi que cet article rassurera les parents d'enfant unique inquiets. J'ai récemment connu des parents qui pensaient reproduire le fameux 2 ou 3 enfants de leur enfance et qui par la force des choses se sont retrouvés avec un seul enfant. Ils n'en souffrent pas toujours, mais ils se posent des questions. J'espère avoir répondu à certaines d'entre elles.

You May Also Like

0 commentaires